Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzon Et Sa Région
Le projectionniste, acteur d'un scénario à rebondissements
( 13/01/2006 ) 

Il a travaillé à la Samaritaine, à l'aéroport de Roissy et même comme chauffeur pour plis ministériels… Jean Chenudet a repris le chemin de l'école pour décrocher son CAP de projectionniste ciné. A 31 ans.

Jean Chenudet est un passionné. Après avoir été notamment agent de maîtrise à Roissy où à la tête des plannings de la compagnie Blanc-Argent… il est retourné à ses chères études
pour passer un CAP de projectionniste. Il travaille aujourd'hui au « Ciné Lumière ».
 

 Il n'a que 32 ans et sa vie a déjà la trame d'un long-métrage. Jean Chenudet, projectionniste au « Ciné Lumière », s'est révélé sur le tard. Au point, à 31 ans, de bifurquer vers l'école de Château-Renault (Indre-et-Loire) pour passer son CAP de projectionniste. Neuf mois plus tard, il assistait à sa propre renaissance auprès de l'équipe de Francis Fourneau, d'abord à Romorantin et, depuis peu, à Vierzon.

 L'affaire était pourtant mal engagée pour ce natif de Vierzon qui a suivi ses parents en région parisienne. « En première scientifique, j'ai arrêté avant le bac parce que je ne me sentais pas capable, alors a commencé la série de petits boulots », lève-t-il les yeux au ciel en s'activant en cabine. La liste est dense. Rapide. Manutentionnaire dans les sous-sols de la Samaritaine, puis aide commercial pour une société de carterie, « j'ai alors voulu entrer à la RATP, mais il me fallait effectuer mon service militaire ». Le voici donc, pour l'armée, au cœur de Paris, sautant de ministères en cabinets « afin de transporter des plis importants pour la délégation interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie ». Fin de service, le voici préparateur de commandes pour un « hard discounter ». « Une très mauvaise période », résume-t-il en triturant les souvenirs des huit mois de chômage qui ont suivi.

 Il passe avec succès son permis de transport en commun et sera receveur de passagers au pied des avions d'Orly. Mais l'horizon est bouché, il s'envole donc pour Roissy. « J'y suis resté trois ans, d'abord comme chauffeur de car, puis de nuit pour récupérer les équipages de cargos », raconte-t-il, la mémoire perdue dans les lumières blafardes d'un aéroport désert. On lui propose de passer agent de maîtrise, le voici à l'exploitation trop occupé à réguler les chauffeurs éparpillés entre les hôtels sur Paris et l'aéroport Charles de Gaulle pour les équipages des compagnies aériennes. « Vous ne pouvez pas savoir la pression que vous mettent les compagnies », souffle-t-il aujourd'hui. Pas le temps de se poser, Jean Chenudet s'offre pourtant une plage de réflexion. « Vivre seul à Paris, c'est dur. J'en étais rendu à travail, courses, manger et dodo. » Alors il s'envole à nouveau.

 De retour à Vierzon où ses parents ont pris leur retraite, Jean file à Romo à la compagnie de transports « Blanc-Argent » pour réguler les plannings des conducteurs du tortillard et jongler avec ceux des gérants de gare. C'est ainsi qu'il a rencontré Antoine, fils de Francis Fourneau, venu en stage au « BA ».

« Une lumière s'est allumée et dans ma tête, ça a fait tilt. » Les films de sa jeunesse se raniment. Il repense aussi à son premier achat de magnétoscope avec ses petits deniers. La complicité avec Francis Fourneau annonce une autre vie. « Si je décrochais mon CAP, il m'embauchait, alors je suis reparti à l'école », sourit l'aventurier projectionniste. Aujourd'hui ? Après avoir vécu à Vierzon chez ses parents pour aller travailler à Romorantin, il a rencontré l'amour à Romo et fait chaque jour la route inverse pour projeter des films aux Vierzonnais. Chargement de bobines, contrôles, démarrages, étalonnages… « Je ne vais plus au travail à reculons », soupire-t-il, en accueillant aussi ses congés avec bonheur. Ils lui permettent… d'aller au ciné voir les films qu'il n'a pas le temps de s'offrir quand tournent en chœur les sept projecteurs. Presque aussi vite que sa jeune vie.

 Sébastien ACKER  (La nouvelle République du Cher - édition du Vendredi 13 Janvier 2006)

         
Tag(s) : #News