Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fausta

La note evene : 5/5La note evene : 5/5

Fausta

de Claudia Llosa

Ours d'or Berlin 2009 et prix d'interprétation féminine



Accueil Critiques & avis Bande annonce Horaires & salles Galerie Photos Actualités & anecdotes Dialogues & répliques Aussi sur Evene Quizz & forum Idées cadeaux

Présentation

Fausta souffre d'une maladie, le 'lait de la douleur', qui est transmise par le lait maternel - elle touche uniquement des femmes qui ont été maltraitées ou violées à l'époque des combats terroristes au Pérou.
Cette période terrible est révolue depuis longtemps mais Fausta en est un souvenir vivant. Lorsque sa mère meurt, Fausta est forcée d'affronter ses peurs.

Horaires & salles [ Semaine du 15 Juillet au 21 Juillet ]

143 séances pour ce film dans 22 salles différentes

La critique [evene]
La note evene : 5/5La note evene : 5/5  le 16 Juin 2009 par Coralie Huché

Dire l'horreur. La chanter, l'exprimer par des silences, la concrétiser par des gestes. Telle est la performance de 'Fausta, la teta asustada', deuxième long métrage de Claudia Llosa. Entre phobies et superstitions, le film dresse le portrait d'une femme craintive et fermée, incarnée par Magaly Solier. Tout son corps, sa voix, sa démarche communiquent quand se taisent les mots, économisés. Son attitude fuyante, son regard déterminé, ses sourcils froncés, composent le personnage de Fausta, atypique et symbolique. Elle évoque la mémoire du Pérou, son passé violent ; elle représente un malaise partagé, porte-parole silencieuse. Subtile, Claudia Llosa pose des questions universelles : comment avoir et faire confiance ? Comment vivre et accepter ? Fausta hérite de la terreur de sa mère, abusée pendant la répression. Pour faire son deuil, elle sort sa douleur dans les rues de Lima. Elle traverse la ville comme sa vie : tendue, deux pas derrière les autres. Tout aussi concentrée, la camera suit, slalomant entre les passants pour ne jamais lâcher son cap. Témoin de la progression de cette femme, de ses maladresses, ses efforts, l'image pointe souffrance et méfiance. Le récit se fait pourtant léger, lyrique, parsemé de traditions populaires et familiales. Personnage attachant et sujet grave bénéficient d'une réalisation habile et respectueuse. 'Fausta, la teta asustada' mérite son Ours d'or.

 

 Voir toutes les critiques

Les photos [evene]

Fausta
(c) Jour2Fête

 Voir les 5 photos de Fausta

Les vidéos [evene]

Fausta
(c) Jour2Fête

 Voir les 2 vidéos de Fausta

Casting
Voir la biographie de Claudia LlosaClaudia Llosa
(Réalisation)
Efraín Solis
Voir la biographie de Magaly SolierMagaly Solier
Susi Sánchez
Informations

Titre original : La teta asustada

Durée : 1 h 34

Actualités & [anecdotes]

INTERVIEW DE CLAUDIA LLOSA

Le salaire de la peur

Premier long métrage péruvien à recevoir l'Ours d'or depuis la création de la Berlinale en 1951, 'Fausta', de Claudia Llosa, aborde le traumatisme du viol avec respect et poésie. Le contexte culturel et historique est précis ; le film n'en est que plus touchant.

 Lire "INTERVIEW DE CLAUDIA LLOSA"

L' avis [du public]

Et vous ? Vous avez vu ce film ? Faites nous part de vos impressions !

 Donnez votre avis sur "Fausta"

La revue [de presse]

Le Monde - Thomas Sotinel (16 juin 2009)
Dès son premier film, 'Madeinusa', Claudia Llosa jonglait entre la brutalité et la rêverie, l'horreur et la sensualité, d'une façon si clairement apparentée au réalisme magique des grands auteurs hispano-américains qu'on ne pouvait être surpris d'apprendre que la jeune cinéaste est apparentée à l'écrivain et homme politique Mario Vargas Llosa.

Les Inrocks - Vincent Ostria (17 juin 2009)
'Fausta' n'évite pas certains écueils, dus à un schématisme polymorphe (.. .). Heureusement, il y a le côté documentaire (.. .) .Cette partie réelle, avec des acteurs non professionnels s'exprimant en quechua, une des principales langues indiennes de la région, est la plus convaincante.

Télérama - Louis Guichard (17 juin 2009)
A la fois trop symboliste et trop peu expressif, le film enchaîne sans élan des scènes désaccordées, inégales, parfois fumeuses. Reste cette figure mutique, presque aussi effrayante qu'effrayée, et l'actrice impressionnante qui lui donne ce regard, un puits de reproches sans fond (.. .) l'intérêt du film se limite à son personnage principal.

Le Figaroscope (17 juin 2009)
Solitude, douleur, terreur, sont magnifiquement exprimées par la beauté farouche et les chants indiens de Magaly Solier, émouvante interprète de 'Fausta'.

 Voir les 5 avis de la presse sur "Fausta"


Tag(s) : #Ciné Rencontres