Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Philippe Lioret

au Ciné Lumière de Vierzon

Samedi 11 Novembre à 20h30 pour présenter son film

"Je vais bien ne t'en fais pas" 

Philippe Lioret réalisateur, scénariste, ingénieur du son français...

C'est en tant qu'ingénieur du son que Philippe Lioret se fait connaître du monde du cinéma. Il est ainsi au générique d'une vingtaine de films, du Y a-t-il un Francais dans la salle ? de Mocky (son premier film, en tant qu'assistant, en 1982) à Nord de Xavier Beauvois (1992), en passant par La Lectrice de Deville, Une époque formidable... de Jugnot, ou même Beyond Therapy de Robert Altman.

En 1993, Philippe Lioret réalise son premier long-métrage,
Tombés du ciel, qui conte les mésaventures de Jean Rochefort dans l'aéroport de Roissy. Dès ce premier essai très remarqué - et primé à San Sebastian-, le cinéaste montre sa capacité à mêler avec finesse le comique de situation à la critique sociale, qualités que l'on retrouve dans son film suivant, Tenue correcte exigée, avec cette fois pour cadre un grand hôtel dans lequel virevoltent Elsa Zylberstein et Jacques Gamblin.

Jacques Gamblin forme, avec une radieuse
Sandrine Bonnaire, le couple vedette du troisième opus de Lioret, Mademoiselle, brillante comédie romantique qui séduit la critique et le public en 2001. Trois ans plus tard, le cinéaste opte pour une veine plus mélancolique avec L'Equipier. Bâti en flash-back autour d'un secret de famille, ce vibrant mélodrame fait une nouvelle fois la part belle aux acteurs : une nouvelle fois Sandrine Bonnaire, aux côtés de Philippe Torreton et Gregori Derangère. En 2006, Philippe Lioret noircit le trait en signant le drame Je vais bien, ne t'en fais pas, emmené par une intense Mélanie Laurent.

 

 

Le sujet du film "Je vais bien, ne t'en fais pas"... l'actrice du film Mélanie Laurent en parle :

Au travers d'un drame et d'une sorte d'enquête, je pense que Je vais bien, ne t'en fais pas s'apparente à une quête initiatique, un film sur la difficulté de se parler, sur l'incommunicabilité entre des parents et une jeune fille en souffrance. Ils arriveront à lui dire qu'ils l'aiment, mais ça prendra du temps. C'est une histoire presque universelle, ne pas savoir comment dire aux gens qu'on les aime. Moi, je viens d'un cocon familial, on me l'a dit tous les jours. Alors, c'est presque un rôle de composition. Voilà, tout ce que je peux dire, c'est que j'ai été bouleversée par le scénario, qui tournait notamment autour de ce thème. Un mec de 50 ans, Philippe Lioret, qui écrit pour une nana de 19 ans avec tellement de justesse... J'aurais dit exactement les mêmes mots que lui. J'ai été bluffée.

 

Tag(s) : #Evénements