Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cinq césars pour «Lady Chatterley», quatre pour «Ne le dis à personne»


 
  + de photos culture

en savoir plus

Les paris des critiques Ils ont décerné leurs césars
Repères (2) Les films les plus primés depuis la création des César
Et aussi Pourquoi les Oscars sont-ils plus attendus cette année?
Le palmarès 20 césars, 12 vainqueurs




20Minutes.fr | 25.02.07 | 00h27


Vingt récompenses ont été attribuées samedi soir au Théâtre du Châtelet à Paris, lors de la 32è cérémonie des César.

«Lady Chatterley» avait déjà reçu le prix Louis-Delluc. Il est le grand vainqueur de la 32e édition des césars. Le film de
film de Pascal Ferran a reçu cinq césars dont celui de meilleur film, meilleure actrice et meilleure adaptation. «Lady Chatterley » raconte l'histoire d'une lady désoeuvrée qui tombe amoureuse de son jardinier. Dans cette adaptation du classique érotique de D.H. Lawrence, Marina Hands, lumineuse, s'initie à la passion physique dans les bras de Jean-Louis Coulloc'h.

En recevant son premier prix, l
a réalisatrice du film Pascale Ferran s’est lancé dans une défense du statut des intermittents, une attaque du système français de financement des films et plaidé pour une politique active en faveur de la culture . Le statut des intermittents «unique au monde et pendant longtemps remarquable (...) permettait d'atténuer un peu la très grande disparité des revenus dans les métiers artistiques», a dit la cinéaste. Or il est en train de «passer d'un système mutualisé à un système capitalisé», ce qui «change tout». En parallèle, une «fracture récente» s'insinue entre des «films de plus en plus riches et des films extrêmement pauvres», a-t-elle affirmé, incriminant le «mode de financement actuel» des films et «le rôle des chaînes de télévision».

«Peut-être est-il temps de se battre méthodiquement pour refonder les systèmes de solidarité mis à mal et restaurer les conditions de production et de distribution de films qui tout en donnant à voir la complexité du monde, allient ambition artistique et plaisir du spectacle», a-t-elle lancé. «Nous n'y arriverons pas sans une forme de volonté politique, d'où qu'elle vienne», a-t-elle ajouté, concluant avec ironie: «Rassurons-nous, il reste 55 jours aux candidats à l'élection présidentielle pour oser prononcer le mot “culture”».

«Pascale Ferran, mon capitaine, je vous rapporte ça, je le dépose à vos pieds, je vous remercie de m'avoir choisie, a dit Marina Hands en recevant son prix. J'espère que tu es fière de moi comme je suis fière d'avoir été ton actrice», a-t-elle dit à l'adresse de la réalisatrice.

Marina Hands est également à l'affiche de «Ne le dis à personne», l'autre grand vainqueur de la soirée, avec quatre statuettes.
L'adaptation du polar d'Harlan Coban reçoit le césar de meilleur acteur, décerné à François Cluzet, et celui de meilleur réalisateur pour Guillaume Canet. Les deux hommes se retrouveront dans un prochain film qui se passe dans les années 70. «Je vous souhaite à tous de tourner un jour avec Guillaume Canet !» a crié Cluzet.


Valérie Lemercier, décapante maîtresse de cérémonie, a reçu son deuxième César de la meilleure actrice dans un second rôle, treize ans après le premier, pour le film «Fauteuils d'orchestre».

Le tout premier César du meilleur film documentaire a été attribué à «Dans la peau de Jacques Chirac» de Karl Zéro et Michel Royer.

Le César du meilleur film étranger a été décerné samedi soir au film américain «Little miss Sunshine» de Jonathan Dayton et Valerie Faris.
Les réalisateurs étaient absents de la cérémonie : c’est un représentant de la 20th Century Fox qui a reçu le César des mains de la double oscarisée Hilary Swank. «Little Miss Sunshine» est en compétition dimanche soir à Hollywood pour les
Oscars.

Mélanie Laurent a remporté le César du meilleur espoir féminin avec le film «Je vais bien, ne t'en fais pas». «Merci Philippe (Lioret, ndlr) pour ce merveilleux rôle, merci de m'avoir fait confiance!. (…) Merci à Gérard Depardieu, qui a bouleversé ma vie, merci à ma famille que j'aime à la folie... C'était mon anniversaire il y a deux jours et c'est gentil d'y avoir pensé».

Kad Merad a remporté le César du meilleur acteur dans un second rôle avec le film "Je vais bien, ne t'en fais pas".
Tag(s) : #News