Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Adrien : « L’histoire de Méliès est fabuleuse et tragique. J’ai été surpris de voir qu’aucun film ne lui a jamais été consacré. »

C’est l’équivalent des Oscars, pour les scénari. Adrien Fourneau, le fils du patron des cinémas de Romorantin et de Vierzon, est l’un des six derniers en lice pour le prix junior national.

Il est né et a grandi à Romorantin. Bercé par la bande-son des films projetés dans le cinéma de son père, de l’autre côté du mur de sa chambre. La famille vivait alors à l’étage du Palace. Le charme ne pouvait qu’opérer…

 

Adrien Fourneau, qui usait volontiers ses fonds de culottes dans les salles obscures, est devenu un beau jeune homme de 27 ans dont le scénario vient d’être retenu parmi 300.

 

L’enjeu est de taille : le 23 novembre prochain, l’un des six scénaristes encore en compétition se verra attribuer le Prix junior du meilleur scénario. « L’équivalent des Oscars » traduit le papa Francis, le patron des cinémas de Romorantin et de Vierzon, le premier fan d’Adrien. La consécration, porte ouverte à une belle carrière, après des années de travail « pas toujours dans la souffrance ».


“ Des moments très durs de face à soi ”

Diplômé en 2004 de l’École internationale de création audiovisuelle et de réalisation (Eicar), Adrien Fourneau s’est installé à Paris, il y a trois ans, pour travailler… dans un cinéma. Place Clichy, à mi-temps. « Alimentaire », dirait Watson. Mais Adrien y est attaché. Il y rencontre du monde, apprécie les horaires plus « calés », garde-fou d’une absorption totale par son « Usine à merveille », le scénario-hommage à Georges Méliès quil’emplit depuis 5 ans.
« J’ai toujours été surpris qu’aucun film n’existe sur ce créateur du premier studio de cinéma, explique-t-il. Sa vie est pourtant fabuleuse, tragique. Il y a vraiment matière à réaliser un très beau long-métrage… » Et le Romorantinais de conter le vieil homme aux 500 films finissant tristement sa vie comme vendeur de bonbons. « Un jeune journaliste fait tout pour lui rendre hommage ». Ainsi débute le scénario enchaînant ensuite les flash-backs.
Adrien Fourneau a vu grand. Gros budget, gros moyens, de nombreux figurants et des vues de Paris en 1900. « Délicat pour un premier film ». Il a donc négocié avec ses ambitions. « J’aimerais tout au plus participer à la co-réalisation ».
Des mois de recherche ont nourri la passion. Les versions se sont enchaînées, les réalisateurs Philippe Lioret et Patrice Leconte, rencontrés sur des tournages, y allant de leurs conseils. Adrien a appris le perfectionnisme et la prudence à ses dépens. L’an dernier encore, on lui retournait son scénario lors d’un trophée, lui conseillant de le travailler encore…
Le jeune homme s’est exécuté. « Il y a eu des moments très durs de face à soi. Des moments où on lâche l’affaire en culpabilisant. Avant de se rendre compte, par la suite, que ce temps était nécessaire pour mûrir le projet. »
Aujourd’hui, Adrien se sent au bout de l’écriture. Autoriser à attendre, serein. Espérant le prix, mais se persuadant qu’« une sixième place lui permettrait déjà de se faire remarquer. » S’osant enfin philosophe : « Ce n’est plus de mon ressort ! »


Article de Cécile Lascève
journal "la Nouvelle République" éditon du 23 Octobre 2009, Loir et Cher

Découvrez "la musique d'Erich Zann" moyen métrage d'Adrien Fourneau en cliquant sur l'adresse suivante : www.dailymotion.com/video/x6cn4r_la-musique-derich-zannpart-i_shortfilms
(film de 23 minutes en deux parties adapté d'une nouvelle de Lovecraft, tourné à Romorantin)

Le Prix Junior du Meilleur scénario est organisé par Philippe Maynial et Barbara Vassiliev.
Infos sur le "Prix junior du Meilleur Scénario" sur :
www.prix-scenariste.org/PJMS/accueil.html




Tag(s) : #News