Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La domination masculine
LA DOMINATION MASCULINE


Ciné Rencontres vous propose un ciné Débat autour du théme du film ce Vendredi 26 Février à 20h45. Une soirée qui s'annonce "explosive"...

Film français de Patric Jean. (2007- 1h43)

Liberté, Egalité, Parité ?

"Je veux que les spectateurs se disputent en sortant de la salle", c'est ce que disait Patric Jean en tournant La domination masculine. Peut-on croire qu'au XXIème siècle, des hommes exigent le retour aux valeurs ancestrales du patriarcat : les femmes à la cuisine et les hommes au pouvoir ? Peut-on imaginer que des jeunes femmes instruites recherchent un "compagnon dominant" ? Que penser d'hommes qui subissent une opération d'allongement du pénis, "comme on achète une grosse voiture" ?

Si ces tendances peuvent de prime abord sembler marginales, le film nous démontre que nos attitudes collent rarement à nos discours. L'illusion de l'égalité cache un abîme d'injustice quotidiennes que nous ne voulons plus voir. Et où vous jouez votre rôle. A travers des séquences drôles, ahurissantes et parfois dramatiques, le film nous oblige à nous positionner sur un terrain où chacun pense détenir une vérité.

La domination masculine jette le trouble à travers le féminisme d'un homme qui se remet en question. Une provocation qui fera grincer des dents...

La critique [evene] par Marion Haudebourg


‘La Domination masculine’, un sujet dépassé ? Pas si sûr. Entre séquences au ridicule comique (des hommes qui se font agrandir la verge pour se sentir plus virils) et d'autres plus réfléchies et donc plus pertinentes, Patric Jean propose avec ce documentaire un état des lieux destiné à ouvrir les yeux de ceux qui pensent le problème réglé. Par chapitres, le réalisateur fait le lien entre toutes les formes larvées de domination et la violence conjugale. On traverse alors, avec le témoignage de femmes candidates au speed dating, de sociologues ou même de chef de rayon jouets, tous les domaines d'une éducation qui mène à ce que Bourdieu appelait la violence symbolique : une intériorisation de l'infériorité qui aboutit à la transmission de la légitimité de cette domination. Les fillettes cherchent avec des fers à repasser à "faire ce que leurs mamans font toute la journée", ont peu d'imagination (une cuisine et "jouer à la plus belle leur suffit"), et sont représentées dans les livres pour enfants comme des êtres passifs. Devenues adultes, les femmes cherchent donc un homme protecteur. Donc dominant. Et donc potentiellement violent. Si la démonstration est efficace, on regrette la tendance à l'accumulation de faits divers, qui traîne en longueur et fait perdre de sa pertinence au propos. Après ces témoignages et réflexions d'experts (on notera au passage que les premiers sont l'apanage des femmes alors que les secondes sont réservées aux hommes), conclure sur ce que les Anglo-Saxons appellent le "backlash" (le retour des anciennes valeurs) se révèle édifiant. Ces "masculinistes" qui, à l'instar d'Eric Zemmour, considèrent que la lutte féministe est allée si loin que les hommes, en participant aux tâches ménagères telles que changer les couches, ont perdu leur virilité et leur place dans la société montrent bien mieux que de longs discours l'actualité et la nécessité d'un combat pour l'égalité entre les sexes.



Tag(s) : #Ciné Rencontres